Les maladies psychiatriques se soignent très bien hors de l'hôpital

Jusque-là cantonnés à l'hôpital psychiatrique, les soins sous contrainte pourraient être élargis à la ville. C'est là l'évolution principale de l'avant-projet de loi " relatif aux droits et à la protection des personnes faisant l'objet de soins psychiatriques ", qui modifie la loi de 1990 sur l'hospitalisation sans consentement. Annoncée depuis des années, cette réforme fait actuellement l'objet d'une concertation entre le ministère de la santé, les syndicats de psychiatrie, les patients et leurs familles.

concevoir une hospitalisation psychiatrique à domicile ? Quelle organisation ? Quels objectifs ? Pour quels types de maladies ?

Mme Claude Finkelstein : Pour moi, il n'y a pas d'hospitalisation psychiatrique à domicile, il y a des soins à domicile, des soins acceptés ou sous contrainte. Cela correspond à des visites à domicile d'infirmiers psychiatriques et/ou de psychiatres ; pour les soins sous contrainte, évidemment ce sera plutôt des molécules retard. Par exemple une injection par mois pour les maladies les plus difficiles.

L'objectif : des soins de meilleure qualité si le patient accepte qu'ils soient faits à domicile. Pour quels types de maladie ? Pour les maladies qui nécessitent des soins au long cours et réguliers, comme les psychoses : la schizophrénie, les troubles maniaco-dépressifs, etc.

NRF : Qu'appelle-t-on des molécules retard ?

Comme pour les autres pathologies, par exemple le diabète, il existe des molécules qui sont administrées une fois et qui font de l'effet pendant huit à quinze jours, voire un mois.

guilmard : Cela voudrait-il dire que, sur simple appel téléphonique d'un membre de l'entourage, que la personne soit majeure ou non, un psychiatre pourrait se déplacer au domicile de la personne en situation de mal-être ?

C'est déjà le cas. Souvent, pour les personnes qui sont en déni de maladie, l'entourage peut faire appel à un professionnel, qui décidera si oui ou non une hospitalisation sous contrainte doit être proposée.

Guest : L'hospitalisation "hors de l'hôpital", à défaut d'être "à domicile", n'est-elle pas déjà une réalité lorsque l'on voit le nombre de personnes que les hôpitaux psychiatriques ne "gardent" pas au-delà de quelques jours ?

Il faut faire la différence entre l'hospitalisation et les soins sous contrainte. Là, on parle de soins sous contrainte en ambulatoire. Je ne pense pas que l'hospitalisation hors de l'hôpital soit déjà une réalité. Ces maladies sont des maladies qui se soignent très bien hors de l'hôpital.

croisettes : Pensez vous réellement qu'un patient inconscient de ses troubles acceptera une prise en charge à domicile régulière ? N'y verra t-il pas au contraire une possibilité d'échapper à l'hospitalisation ?

Un patient peut être inconscient de ses troubles lors d'une crise, ce qui ne veut pas dire qu'il est totalement inconscient de la maladie qu'il subit. Certains accepteront cette prise en charge à domicile régulière afin de ne pas être dans un hôpital. C'est un choix personnel.

Alain : De moins en moins de lits, de moins en moins de professionnels, de moins en moins de moyens, de plus en plus de patients...comment faire ?

Je ne suis pas sûre que la réponse aux patients soit obligatoirement des lits. Ceux-ci sont la plupart du temps utilisés pour les patients dits "au long cours", qui devraient bénéficier de structures alternatives. Nous avons le plus fort taux de psychiatres au nombre d'habitants en Europe, et également un des plus forts taux de suicides. Il me semble que c'est plus une question d'organisation, et surtout de prévention.

guilmard : Faut-il, comme cela se passe actuellement, attendre les tentatives de suicides, pour que les malades, inconscients alors, soient enfin pris en charge, ou aient enfin un début de prise en charge...

C'est le grand problème : nous n'avons aucun système de prévention, aucun système de politique de santé publique sur la santé mentale, et une grande difficulté de réponse à la demande.

laurent : Est ce envisageable lors d'épisodes maniaques ?

D'abord il faut une hospitalisation à l'hôpital, avec une observation et une discussion avec la personne pour voir si un retour au domicile peut

Claude Finkelstein est présidente de la Fédération nationale des patients en psychiatrie.

guilmard : Comment concevoir une hospitalisation psychiatrique à domicile ? Quelle organisation ? Quels objectifs ? Pour quels types de maladies ?

Mme Claude Finkelstein : Pour moi, il n'y a pas d'hospitalisation psychiatrique à domicile, il y a des soins à domicile, des soins acceptés ou sous contrainte. Cela correspond à des visites à domicile d'infirmiers psychiatriques et/ou de psychiatres ; pour les soins sous contrainte, évidemment ce sera plutôt des molécules retard. Par exemple une injection par mois pour les maladi

Au sujet de l'auteur